Nos tutelles

CNRS

partenaires financiers

Rechercher




Accueil > Actualités > Actualités

Un Phoque annelé retrouvé sur le littoral Atlantique

Un Phoque annelé retrouvé sur le littoral Atlantique


Ce samedi 24 mars 2018, un naturaliste a signalé à la LPO d’Audenge, un jeune phoque échoué au Domaine de Certes en Gironde. Quelle n’a pas été la surprise des soigneurs de trouver ce minuscule phoque au milieu d’une vasière !


Il s’agit d’un Phoque annelé (Pusa hispida), la deuxième espèce de phoque le plus petite au monde après le phoque du lac Baïkal. Cette espèce est très rare sur nos côtes, seulement 10 échouages ont été signalés en 30 ans et le dernier cas remonte à 2009. Ce sont généralement des jeunes en dispersion, très éloignés de leur zone de naissance car cette espèce vit principalement dans le cercle arctique et au nord de la mer baltique.


Liste chronologique des échouages de phoque annelé sur les côtes de France

Date
Localité
Sexe
longueur (cm)
Poids (kg)
Etat échouage
31/08/2009
Goulven (29)
M
110
-
Mort Frais
07/01/2005
Brignogan-Plage (29)
Ind
NULL
15.8
Vivant
11/12/2003
Gravelines (59)
M
70
-
Vivant
20/07/2000
Soulac-Sur-Mer (33)
M
96
18
Mort en soins
13/02/2000
Ste-Marie-Du-Mont (50)
M
73
-
Vivant
30/03/1998
Wimille (62)
F
73
10
Vivant
03/07/1995
Le Conquet (29)
M
78
16
Vivant
15/07/1987
Le Mont-Saint-Michel (50)
F
104
23
Vivant
06/08/1985
St-Quentin-En-Tourmont (80)
F
93
16
Vivant
12/08/1980
La Tremblade (17)
F
98
10
Mort en soins


 


Ce dernier est un jeune mâle de 87 cm pour un poids de 9kg. Il présente plusieurs petites plaies aux pattes, au ventre et à la tête. Les soigneurs doivent le nourrir de crevettes et autres décapodes et mettre à disposition de la glace pour éviter les hyperthermies et s’hydrater. Ils se renseignent également pour essayer de déterminer son âge qui est pour l’instant situé entre 2 mois et 1 an ! 


Son état ne semblant pas alarmant, il sera rapidement transféré au centre de soin d’Océanopolis et sera relaché dans quelques mois en Bretagne afin d’aller regagner ses eaux nordiques. Ce procédé fonctionne avec les jeunes phoques polaires en dispersion lors de leur première année et qui parviennent seul à retrouver leur site d’origine. Ceci a d’ailleurs été démontré en 1995 avec un spécimen qui s’était échoué vivant dans le Finistère et fut relâché rapidement sur place. Il fut retrouvé 6 mois plus tard dans l’estomac d’un Requin laimargue pêché au nord de l’Islande... Espérons que celui-ci ne subira pas le même destin !


------Mots-clés------