Nos tutelles

CNRS

partenaires financiers

Rechercher




Accueil > Actualités > Actualités

SCANS III : la campagne européenne de recensement des petits cétacés


En juillet 2016, une campagne d’observation destinée à estimer les abondances de petits cétacés, à partir de 4 navires et 7 avions, couvrira durant 5 semaines les eaux atlantiques européennes, des Lofoten à Gibraltar. Royaume Uni, Norvège, Suède, Allemagne, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France, Espagne et Portugal rassemblent leurs efforts pour réaliser la troisième édition de cette campagne de grande envergure orchestrée par un centre de recherche écossais, le Sea Mammal Research Unit.


Objectif


La campagne recensera les marsouins communs, les dauphins et les petits rorquals et établira un nouveau point, 11 ans après les évaluations réalisées au cours de la campagne SCANS II en 2005. En Europe, ces espèces sont protégées en raison de leur vulnérabilité. Certaines, comme le marsouin commun, occupent des espaces maritimes où les activités humaines sont importantes et ils subissent des pressions qui les menacent telles que les captures accidentelles dans des engins de pêche.


Entre 1994 (SCANS I) et 2005 (SCANS II), la population européenne de marsouin commun était restée stable (environ 350 000 individus), mais s’était déplacée du nord de l’Europe, vers le sud, et notamment vers la Manche et les mers Celtiques. Qu’en sera-t-il l’été prochain ? Les populations de petits cétacés sont-elles toujours stables ? Quels espaces maritimes utilisent-elles dans les eaux européennes ?
En effet, chaque année plusieurs centaines de marsouins, mais aussi de dauphins communs, s’échouent sur nos côtes et les capture accidentelles restent la cause de mortalité la plus souvent relevée. Connaître l’état des populations de petits cétacés est primordial pour adapter la meilleure stratégie de conservation.


SCANS III en France


La campagne couvrira l’ensemble des eaux atlantiques françaises de la Mer du Nord au sud du golfe de Gascogne. Une contribution à la réalisation est apportée par le Ministère chargé de l’Ecologie (notamment par l’Agence des aires marines protégées et la Direction de l’Eau et de la Biodiversité).


Au plan scientifique, l’Observatoire PELAGIS (Université de La Rochelle / CNRS) est impliqué dans la réalisation du volet aérien. Fort d’une expérience de plus de 10 ans dans le domaine de l’observation aérienne de la mégafaune marine, l’équipe de l’Observatoire PELAGIS coordonnera le travail de deux des sept avions qui survoleront les zones maritimes entre la France, l’Irlande et le Royaume-Uni. L’équipe de l’Observatoire PELAGIS accueillera prochainement les scientifiques européens en charge du volet aérien pour des vols d’entraînement et de calibration au-dessus du Parc marin des estuaires picards et de la mer d’Opale et au large du Cap Gris-Nez.

------Mots-clés------